Les bureaux et points d’information touristique

Rouen
Musée des Beaux-Arts - Esplanade Marcel Duchamp
CS 30666 76008 Rouen
Tél : +33(0)2 32 08 32 40
Bureau de change :36, rue du Bac +33(0)2 35 89 48 60
Email : accueil@visiterouen.com

Elbeuf
7 cours Gambetta
76500 Elbeuf
Tél : + 33(0)2 32 96 30 40
Email : lafabrique@metropole-rouen-normandie.fr

Jumièges
Rue Guillaume le Conquérant
76480 Jumièges
Tél : + 33 (0)2 35 37 28 97
Email : jumieges@visiterouen.com

Duclair
Mairie
Place du Général de Gaulle
76 480 Duclair
Tél : + 33(0)2 35 05 91 50

En savoir plus sur les horaires d'ouverture

Hôtel littéraire Gustave Flaubert Rouen © Jean-François Lange

Gustave Flaubert
à Rouen

Gustave Flaubert est un écrivain français né à Rouen en 1821. Auteur de livres célèbres tels que Madame Bovary, l’Éducation sentimentale ou encore Un cœur simple, il est l’un des piliers du mouvement littéraire réaliste. L’année 2021 marque le bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert qui sera célébré à travers « Flaubert 21 ».


L’enfance à Rouen

Né dans une famille bourgeoise, Gustave Flaubert est le fils d’Achille Cléophas Flaubert (1784-1846), chirurgien chef à l’Hôtel Dieu de Rouen, actuelle préfecture de Seine-Maritime, et de Anna Justine Caroline Fleuriot (1793-1872), fille d’un médecin de Pont-L’Evêque. Il naît le 12 décembre 1821 après une sœur et deux frères tous décédés en bas âge.

Le jeune garçon sera délaissé au profit de son frère aîné, Achille, qui était un brillant élève. Il deviendra lui-même chirurgien. Gustave Flaubert passe une enfance triste dans l’appartement de fonction de son père, aujourd’hui Musée Flaubert et d’Histoire de la Médecine. Sa seule complice est sa sœur Caroline, née trois ans après lui.

Adolescent romantique, Flaubert est déjà attiré par l’écriture pendant ses études. Il a été interne au Collège royal, aujourd’hui lycée Corneille. C’est alors qu’il rencontre Ernest Chevalier avec qui il fonde en 1834 le journal manuscrit Art et progrès où il fait paraître son premier texte.

Renvoyé en 1839 pour indiscipline, il passe en candidat libre le baccalauréat en 1840. Diplômé, ses parents lui financent un périple entre Pyrénées et Corse. Flaubert décrira son aventure dans Voyage dans les Pyrénées et en Corse. Ce récit de voyage sera publié après sa mort.

Pendant l’été 1836, il rencontre Elisa Schlesinger qu’il aimera inconditionnellement mais sans aucun retour. Cette passion à sens unique servira d’inspiration dans son roman L’Education sentimentale.

Un étudiant à Paris

Dispensé de service militaire grâce à un tirage au sort qui lui est favorable, il entreprend sans grande conviction des études de droit à Paris sous la pression de ses parents qui le souhaite avocat. Menant une vie agitée et consacrée à l’écriture, il rencontre des personnalités du monde des arts de l’époque : Jean Pradier, sculpteur, Maxime Du Camp, écrivain et il devient ami avec Victor Hugo.

En janvier 1844, il abandonne ses études de droit et retourne à Rouen avant de s’installer en juin de la même année à Croisset, à quelques kilomètres de Rouen. Renommé « le gueuloir » par Flaubert et maintenant appelé « pavillon Flaubert », l’auteur y rédige quelques textes et une première version de L’Education sentimentale.

Le début de l’année 1846 marque durablement Flaubert. Son père meurt et quelques semaines après, c’est sa jeune sœur qui décède juste après son accouchement. Il élèvera par la suite sa nièce Caroline. Son père laissant un héritage conséquent, il peut alors se consacrer pleinement à l’écriture tout en vivant de ses rentes.

Une vie faite de voyages

Cette même année commence sa relation avec la poétesse Louise Colet, avec qui il entretiendra une correspondance suivie et riche jusqu’à sa mort. 

Il assiste à Paris à la Révolution de 1848 en compagnie de son ami Louis-Hyacinthe Bouilhet, musicien et poète français. Il porte un regard critique sur ces événements. Puis, entre 1849 et 1852, il organise un long voyage en Orient en compagnie de Maxime Du Camp. Dans ses carnets de voyages, il fait preuve d’une grande honnêteté narrant tout à la fois ses éblouissements face aux paysages et ses expériences dans les différents bordels. Ce voyage les conduira de l’Egypte à Jérusalem, de Constantinople à l’Italie.


… et d’écriture

Débuté en 1851, le roman Madame Bovary s’inspire d’un fait divers normand. Il achève cette œuvre clé en 1856. Il fréquente les différents salons parisiens du Second Empire comme celui de Madame de Loynes dont il est épris. Il y rencontre George Sand. 

À la fin de l’année 1856, Madame Bovary paraît dans La Revue de Paris avant de sortir en librairie en avril 1857. On y retrouve Emma et Léon se donnant rendez-vous dans la cathédrale. Une scène étonnante qui marquera le début de leurs rencontres à Rouen ou encore Charles logeant rue Eau de Robec. Cette publication donne lieu à un procès retentissant pour atteinte aux bonnes mœurs, mais Flaubert est acquitté grâce à ses liens avec l’impératrice. La même année, Charles Baudelaire est lui condamné suite à la parution des Fleurs du mal. Dès 1855, Flaubert partage sa vie entre Croisset et Paris. Il fréquente les frères Goncourt, Sainte-Beuve, Baudelaire, Théophile Gautier mais aussi à partir de 1863, Ivan Tourgueniev et la princesse Mathilde Bonaparte.

En 1857, il entame la rédaction de Salammbô, roman historique. Il voyage alors en Tunisie afin de se documenter et voir Carthage. Le roman paraît en 1862. 

En 1864, Flaubert entreprend la correction des différentes versions de L’Education sentimentale. Mais le roman finalement publié en novembre 1869 sera mal accueilli par la critique et les lecteurs. Ce qui n’empêchera pas Flaubert de poursuivre sa vie mondaine. En 1866, l’Empereur lui remet la Légion d’Honneur et resserre ses liens avec George Sand. 

Durant l’hiver 1870-1871, les Prussiens occupent une partie de la France dont la Normandie. Flaubert se réfugie chez sa nièce à Rouen en compagnie de sa mère. A cette époque, ruiné par le mari de Caroline, son neveu, il vend ses fermes et quitte son appartement parisien alors que sa santé se détériore. Il achève et publie toutefois la troisième version de La tentation de Saint-Antoine en 1874. Sa production littéraire se poursuit avec Trois Contes

De 1877 à 1880, il reprend la rédaction de Bouvard et Pécuchet entamée en 1872 mais l’œuvre restera inachevée et sera publiée post-mortem en 1881.

Ses dernières années sont assombries par les soucis financiers, des ennuis de santé et la disparition de ses amis. Il meurt subitement le 8 mai 1880, foudroyé par une hémorragie cérébrale. Ses obsèques ont lieu le 11 mai en présence de nombreux écrivains : Emile Zola, Alphonse Daudet, Edmond Goncourt et Guy de Maupassant entre autres. Il repose auprès de ses parents et de sa sœur au cimetière monumental de Rouen dans le carré M2 à l’emplacement n°7.

Le 15 décembre 2006 à la suite d’une consultation des rouennais amenés à donner leur avis, le conseil municipal de Rouen, a rendu hommage à l’écrivain Gustave Flaubert en renommant le pont levant routier qui franchit la Seine dans l’ouest de Rouen « Pont Gustave Flaubert ».

Flaubert 2021

L’année 2021 sera marquée en Normandie par le bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert. Le projet Flaubert 21 qui aura comme présidente d’honneur Isabelle Huppert la madame Bovary du cinéma est un hommage à l’auteur et ses liens à la Normandie. D’avril 2021 à juin 2022, plus de 200 rendez-vous seront proposés tel que des expositions, spectacles, conférences, animations pédagogiques, visites guidées, promenades théâtralisées, etc.

> flaubert21.frLogo Flaubert 21

Inscrivez-vous pour recevoir notre actualité